Ego Sum Rex Stultorum !


« Ego Sum Rex Stultorum » !

Ce qui en langage plus clair signifie :

Je suis le roi des imbéciles !

Et oui le diagnostic est sans appel , je suis responsable et coupable.

D’accord j’ai quelques circonstances atténuantes. J´ai eu le malheur de recevoir une éducation où l’on m’a inculqué  le respect des institutions , le sens de l’honneur , l’honnêteté. Mon métier m’a appris le respect de l’homme dans sa globalité , le sens de l’humanité etc…

Bref tout ce qui est nécessaire pour devenir en 2012 un parfait inadapté social !

Dans ma naïveté, j’en suis même arrivé à un stade où je croyais que l’on pouvait accorder une confiance aveugle aux plus hauts représentants de nos institutions judiciaires !

Finalement j’étais devenu le candidat idéal pour servir d’amuseur en invité principal à un « diner de cons » parisien pour divertir la galerie le temps d’une soirée.

Vous vous dîtes sûrement que j’exagère mais rappelez-vous de ma dernière vidéo où j’affichais ma satisfaction,  lors de mon pseudo procès à Paris, d’avoir été entendu et écouté  par un conseiller d’État  » digne de ce nom  »  qui semblait avoir manifesté une empathie certaine face à la détresse de mes patients .

Remarquez, si tous les conseillers se comportent comme lui, je ne me suis peut-être pas trompé tant que cela et il était vraiment digne de ce nom ….

  Un peu de pédagogie et vous allez comprendre.

Toutefois attention !

Que ceux qui ont encore des illusions à perdre sur notre société et ont peur de les perdre quittent immédiatement cette page.

  Bon , vous êtes toujours là , alors allons y.

Tout d’abord un petit morceau d’histoire .

  En 2007 un scandale éclatait au sein de notre institution ordinale suite à une enquête de l’IGAS. L’ensemble de la profession médicale française apprenait avec stupeur que certains de nos représentants aux conseils de l’Ordre des médecins  étaient  grassement rémunérés.

  Pour découvrir ce scoop  CLIQUEZ : ICI

  Il me paraît important de préciser que la loi interdit aux syndiqués et aux conseillers ordinaux de percevoir une quelconque rémunération mais ne les empêche pas de percevoir des indemnités qui, jusqu’à une période très récente, étaient non imposables.

  Sur Bordeaux nous avons essayé par deux fois de connaître le montant de ces indemnités et, bien évidemment, nous n’avons jamais reçu de réponse.

  Bien-sûr ce scandale a été vite étouffé car notre sainte institution doit rester irréprochable.

   Toutefois votre serviteur avait la mauvaise habitude d’étudier le bilan comptable annuel du conseil national de l’Ordre des médecins  qui était publié dans sa revue. L’institution se glorifiait  d’avoir une comptabilité certifiée par un haut  commissaire  aux comptes agréé par le gouvernement sous la haute surveillance bienveillante des conseillers d’État délégués pour surveiller la bonne marche juridique de l’institution.

  En somme que des gens irréprochables qui du fait de leur statut sont d’une compétence incontestable et d’une intégrité absolue.

   Mais alors comment est ce possible, car personne n’a été surpris de voir apparaitre à partir de 2008 deux nouvelles lignes de comptabilité conséquentes?

Je vous laisse découvrir le bilan comptable de l’année 2011.

Avalez auparavant une bonne dose de tranquillisant puis CLIQUEZ : ICI

Cela est étonnant non ? Et permet de s’assurer un complément de retraite non négligeable bien au chaud au sein de la noble institution.

Ah zut jamais je ne pourrai gagner moi aussi ce Jackpot car je n’ai plus le droit de me présenter aux élections du conseil de l’ordre ( en législation  ordinale qui n’a rien à voir avec la loi )

Vous ne rêvez pas ,  nos braves conseillers, du moins pour ceux qui décrochent les bonnes places, arrivent à encaisser sur le dos de nos cotisations  plus de 2 millions d’euros et leurs frais sont remboursés jusqu’à hauteur de 1,715 millions d’euros. L’ensemble de la profession accepte tout cela sans même s’y intéresser vraiment.

Je crois avoir compris il y a très peu de temps comment le système pouvait se maintenir et ce grâce aux mésaventures du Dr  Philippe RUDYARD BESSIS qui est à la fois dentiste et avocat.

Je vous conseille de consacrer 5 minutes à écouter le fichier « Power Point » suivant  jusqu’au bout , c’est édifiant !

Pour visualiser le fichier CLIQUEZ : ICI

Horreur et désespoir que vois je ?  qu’entends je ? Celui qui a été la cheville ouvrière de ma condamnation, à savoir Mr Jean François de Vurpillières,  conseiller d’État âgé de 75 ans , sauf erreur de ma part , ancien vice-président du conseil d’État en 2009 , actuel président de la commission des infractions fiscales serait également conseiller d’État au conseil de l’Ordre des dentistes, aurait touché de manière non conforme à la législation 31 000 € (selon maître RUDYARD BESSIS)  d’indemnité annuelle  pour ses prestations auprès des dentistes .

Si les faits sont avérés je doute alors que les médecins soient moins généreux que les dentistes.

Si je n’étais pas le roi des imbéciles je serais tenté de penser que tout ce beau monde a tout intérêt à ce que le système ne change pas et perdure au prix de menus arrangements.

Je comprendrai mieux pourquoi lorsque j’ai gagné en 2000 au  conseil d’État devant le conseil de l’Ordre des médecins, le conseil d’État m’a renvoyé devant le conseil de l’Ordre qui m’a  alors rejugé quasiment à l’identique. Nous sommes revenus devant le conseil d’État et cette fois-ci ce dernier a immédiatement reconnu mon dossier   comme non recevable et l’a rejeté  sans l’étudier.

Mais bizarrement, après enquête, j’ai réalisé que tous ceux qui avaient gagné comme moi avaient connu la même mésaventure…

  J´aurais mieux compris le tour de passe-passe dont je viens d´être victime lors de mon jugement prononcé le 25 septembre 2012 ( pour le jugement CLIQUEZ : ICI ). En effet mon avocat du conseil d´État a tout de suite vu le piège. Dans ce jugement il y est bien précisé  que j´ai été victime à Bordeaux  d´un jury manquant d’impartialité.

  La logique pour le respect de mes droits aurait été de casser la décision de Bordeaux, d´annuler le jugement et de me renvoyer devant la juridiction bordelaise.

  Mr de Vurpillères est trop au fait de la législation du conseil d´État pour ne pas savoir que ce dossier en l´état aurait été irrémédiablement annulé en cassation.

  Qu´ont ils fait , et bien ils ont annulé le jugement de Bordeaux mais tout en s’appuyant sur un dossier monté de toutes pièces ils se sont prononcés et m´ont condamné. Grâce à cette manip des plus douteuses je ne peux plus évoquer maintenant devant le conseil d´État toutes les fautes de procédure accumulées par la juridiction de Bordeaux puisque officiellement ce jugement n´existe plus!

    La seule chance qu´il me reste maintenant d´obtenir gain de cause serait que quelques membres du conseil d´État refusent de cautionner un tel dénie de justice.

  Cela voudrait dire aussi que l´Institution  accepterait de désavouer un ancien vice-président du conseil d´État. Un miracle est toujours possible surtout dans le cadre d´un réveil des consciences…

  Malgré tout , je lance un appel au secours . Aidez-moi , aidez  le roi des imbéciles à comprendre comment ce système fonctionne . Je crois que j’approche de la vérité mais je ne comprends pas comment le système fonctionne. Je suis vraiment  un idiot mais si vous pensez que mon cas n’est pas désespéré aidez-moi à diffuser ces infos car il n’y a plus  grand chose à espérer actuellement  de la presse traditionnelle .

  Aidez moi à nettoyer les écuries d’Augias!

 

Aidez moi à devenir le « centième singe » qui changera la conscience du monde ( pour 5 minutes de bonheur CLIQUEZ : ICI  )

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Juste pour prouver que vous êtes bien un humain ! (et éviter le Spam) * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

28 commentaires sur “Ego Sum Rex Stultorum !”